samedi 22 décembre 2018

Brigade Fire & Fury, bataille de Drewry’s Bluff 1864


Longstreet, après une longue période de domination sur les tables de jeu guerre de sécession, sans crier gare, a peu à peu laissé la place à une nouvelle… vieille règle. Brigade Fire & Fury (la vénérable Fire and Fury dans sa version relookée et modifiée en seconde édition).
Si d'autres règles ont pointé le bout de leur nez, celles-ci n'ont pas accroché suffisamment les joueurs F&S pour dépasser les 1 à 3 parties jouées. Ce fut le cas de Altar of freedom (malgré son système de commandement original et prenant, ou ses généraux aux traits de caractères marqués plutôt que de simples bonus/malus au combat ou au moral), mais aussi de Across a deadly field et ses actions pour activer les troupes,avec son système d'actions et sa modélisation fine des nombreuses nuances d'armements de l'époque. Ce sont pourtant des règles très intéressantes sur leur créneau respectif (et validés par le Marius), mais la vie de club en va ainsi. Il ne doit en rester qu'un (ou presque).

Alors que BF&F a tout de suite bien accroché les joueurs. Prise en main immédiate pour les nouveaux, possibilité de finir en une soirée des batailles de belle taille, nombreux scénarii historiques détaillés (officiels mais aussi sur le web) et plaisir de jeu en sont les principales causes. Seul véritable lourdeur, les petit marqueurs d'unité à préparer et coller/scotcher à l'arrière des unités afin de pouvoir les différencier et visualiser les paliers de dégradation des  performances.

L'originalité du système d'activation est également un facteur enthousiasmant. Vous lancez un D10, puis appliquez des modificateurs situationnels pour enfin croiser le résultat avec l'état de votre unité (en désordre ou non) ce qui vous donne les actions à votre disposition pour le tour. Simple et efficace. Cela permet de se plonger sans trop attendre dans la partie.
Il suffit de lancer le dé, puis, en fonction du résultat penser son action et donc de faire un retour aux règles qu'en cas de doute et sur un nombre limité de possibles. L'ensemble a un petit "je ne sais quoi" qui vous donne l'impression de jouer guerre de sécession.

Pour vous faire une idée du visuel, place à notre seconde partie jouée au printemps dernier, la (seconde) bataille de Drewry’s Bluff le 16 mai 1864.
Les nordistes un peu trop confiants de Butler (Benoit et le Suisse) poursuivent les sudistes de Beauregard (Dom & Thomas) qui, sur une position défensive, décident de faire subitement face, surprenant les nordistes en pleine manœuvre.

L'objectif est simple pour les sudistes, repousser les nordistes du secteur (la carte) pour se donner de l'air et si possible démoraliser le maximum d'unités.
La bataille commence alors que les nordistes en phase de poursuite ne sont pas encore entièrement déployés malgré l'assaut sudiste.

Les sudistes (centre et flanc droit) derrière leurs barrières attendent de pied ferme les tuniques bleues.
Flanc gauche et centre confédéré en débordement de l'aile droite nordiste.
Flanc droit nordiste du général Weitzel déjà débordé.
Confiants, les sudistes se jettent sur les nordistes pris au dépourvu et contraints de tenir du mieux possible le terrain avant toute autre manœuvre.
Ce premier assaut, mal coordonné par un jeune officier plein de fougue, est repoussé par le sang froid et l'opportunisme des nordistes de Butler.
Les sudistes motivés pour en découdre

Alors qu'au centre on manœuvre encore pour retarder le moment de la confrontation,
L'aile droite affaiblie des nordistes subit une d'attaque d'envergure comprenant une manœuvre de fixation frontale combinée à une manœuvre  de  contournement sur l'extrémité du flanc.

Le général Weitzel pousse agressivement son avant-garde dans le but d'occuper le terrain en lisière de bois et ainsi ralentir, voire fixer sur placer les troupes sudistes.
Un premier assaut sudiste est repoussé

Contournement de l'aile droite par les sudistes

pendant ce temps, le reste des troupes de la Division Weitzel se re-déploient pour empêcher tout débordement.
La bataille entre dans le vif du sujet, au centre, les assauts de diversion nordistes se répètent dans l'espoir d'attirer plus de troupes sudistes et alléger le poids qui pèse sur le flanc droit en infériorité numérique flagrante.

Au partir du tour 3 les nordistes avancent au centre !
Le centre nordiste est repoussé mais ne cède pas
Pour éviter tout débordement et ne pas perdre trop d'hommes suite aux tirs d'artillerie confédérée, Weitzel doit reculer pas à pas sans lâcher prise.

Weitzel fait reculer sa brigade de tête à couvert dans le sous bois et fait remonter les renforts
Weitzel, au risque d'être tué, prend directement la tête de la brigade et par sa présence permet au dispositif de tenir
Sur l'aile gauche la situation se stabilise, les sudistes repoussés le général Butler, fort de sa supériorité numérique, peut terminer son déploiement et engager un mouvement agressif vers l'avant.
Butler peut enfin reprendre sa marche en avant !
Pour éviter toute prise de flanc par le centre confédéré, le centre de l'union continue ses assauts repoussés. Insuffisamment préparés, il n'y a pas grand-chose à en espérer. Mais le but reste bien de fixer des troupes pour laisser les ailes réaliser la percée définitive pour rompre les sudistes moralement entamés.   
Résistance sudiste en flanc refusé au centre (attaque des zouaves sur la gauche)

Butler termine le travail sur son flanc gauche
Le sud cherche désespérément à envoyer des renfort au centre et manœuvre dangereusement

Une dernière brigade sudiste amoindrie cherche à contourner l'aile droite nordiste mais l'artillerie couvre les troupes avec succès et repousse la tentative
La suite n'est plus qu'avance triomphante à gauche sous la direction de Butler et résistance épique puis avance lente sous la direction de Weitzel à droite.


Fin de partie, Aile droite nordiste, Weitzel a complétement détruit ou repoussé les sudistes, la messe est dite
Vue générale à l'avant dernier tour, à gauche Butler dégage le chemin de fer, à droite Weitzel s’apprête à prendre de flanc une brigade sudiste et détruit le reliquat de l'unité ayant contourné les lignes

Ce scénario mériterait d'être rejoué en changeant de coté. Les options des sudistes sont intéressantes. On perçoit la nécessité d'avoir un plan sérieux pour atteindre ses objectifs.

Après une première partie jouée sur le scénario de Bull Run en 2vs2 (avec une mémorable défaite tout en ayant joué les sudistes franchement avantagés) les mécanismes sont mieux maîtrisés dans ce second test. Le D10 donne la sensation d'une grande variété de résultats mais dans les faits c'est moins flagrant, sauf en cas de très grande réussite au tir (compensé par un malus pour perte de munitions). Au choc, pour réellement faire mal il faudra penser à flanquer un ennemi en plus d'un bon jet de dé.  En définitive, cette nouvelle version de B F&F est une véritable réussite, elle combine d'anciens mécanismes éprouvés avec quelques touches de modernité le tout dans une présentation magnifique.

Depuis 6 mois maintenant les parties s'enchaînent à un rythme régulier au club F&S avec pour mi janvier 2019 une rencontre inter club dans les locaux de la charge du 93 pour une belle partie multi-joueurs en perspective !
 

jeudi 6 décembre 2018

Convention des Dragons de Vaires 2018 : première partie


Après Aulnay voici la convention des dragons de Vaires, cuvée 2018.

Pour une fois, le Marius y animait une table de jeu toute la journée du Samedi. M&S allait donc passer l'épreuve du feu auprès de joueurs inconnus.
Pour le reste, comme les années précédentes les belles tables étaient au RDV, l'accueil pour les démonstrateurs toujours impeccable et la restauration à prix doux. Le petit plus… le cheese cake aux fruits rouges pour les plus gourmands.

Coté visiteurs et curieux de passage, il m'a semblé une petite baisse de régime. Toujours le même débat, notre hobby a du mal à intéresser et conquérir de nouveaux publics, ce qui rend difficile le renouvellement des têtes.

Coté tables de démos, sans avoir trop eu le temps de naviguer j'y ai noté quelques bonnes idées à reprendre :
Sur la table tercios 10mm (bataille de Fleurus 1622) de nos ami belges du forum Opération Zero, la fumée en sortie de certaines cheminées apportait une touche d'immersion supplémentaire à la magnifique table en relief entoilée (seul regret, les reliefs pas suffisamment marqués même si le terrain était sensé être plutôt plat).
Si si, regardez bien, en zoomant vous allez la voir la fumée !

Coté Mousquet&Shako, la nappe en mouse pad (de chez Deep Cut) posée sur du décors de collines a été une très bonne idée à l'usage (encore merci à Thomas d'Opération Zero).

Charge et contre-charge au pied de la colline britannique
 Coté nouveautés dans le domaine des règles, je n'ai pas eu assez de temps pour partir à la découverte mais la table SAGA version fantastique semblait bien tourner et on devrait voir débarquer avant noël 2019 la bête. De par ses mécanismes, SAGA a le potentiel pour faire ce rôle de passerelle entre le jeu fantastique et le jeu d'histoire qui parfois manque à notre activité. Le plus difficile reste à venir, se faire une place dans le milieu du jeu fantastique. Affaire à suivre donc.
Version fantastique de SAGA II. Une bonne idée pour ces mécanismes très ludiques
Pour le reste, voici encore quelques photos de la convention mais rien d'exhaustif.
Vue d'ensemble de la convention
Table Swordpoint de Custodes
Table Mousquet & Shako, ambiance Espagne du Sud
DBA en 28mm avec un ancien président F&S (oui, il aime se faufiler sur les photos ! )
Une table Congo pour rugir de plaisir !
Une dernière pour la route (la table Saga fantastique avec pas mal de curieux autour)

Dans le seconde partie à venir, nous traiterons plus en détail de la présentation de M&S lors d'une convention. L'exercice était fort intéressant et riche en discussions.

Bref, encore un grand merci à Frantz et sa bande pour la qualité et la constance de cette convention à taille humaine orientée démonstrations et belles tables en tout genre (même pour les plus jeunes).






mardi 30 octobre 2018

Attaque de diversion, 1812 (Mousquet & Shako)


Retour sur la 6ème partie de Mousquet & Shako.


1812, quelque part dans les vastes étendues russes…
La poussée (assaut de diversion), scénario de confrontation entre 2 brigades. Prenant place lors d’une bataille plus large, l’objectif de cette attaque de diversion consiste à repousser l’ennemi et gagner du terrain  pour obliger le général en chef adverse à envoyer des renforts dans ce secteur et ainsi dégarnir le front de l’attaque principale.
Les troupes sont limitées et il n’y a pas de renforts à attendre. Le vainqueur est déclaré aux points après 6 à 12 tours de jeu selon le calcul suivant :
2 points par bataillon ou régiment de cavalerie dans la moitié de terrain adverse ;
2 point par unité adverse ;
1 point par unité adverse en fuite.

Armée russe (2 généraux) : général en chef Rakhmanof
1 régiment de cuirassiers (Vétéran)
2 (petites) batteries d’artillerie à pied (6 pièces de 8£ chacune), (Expérimenté)
1 bataillon de grenadiers (Vétéran)
4 bataillons de mousquetaires (Expérimenté)

Armée française (2 généraux) : général en chef Pouget
1 régiment de dragons (Expérimenté)
3 bataillons d’infanterie (Expérimenté)
2 bataillons d’infanterie (Vétéran)
1 batterie à cheval  (6 pièces de 6£)

 Comme tout bon russe, le général Rakhmanof déploie ses unités en colonnes d’attaque à droite et à gauche de ses deux petites batteries d’artillerie tout en renforçant son aile gauche par sa cavalerie lourde. Ainsi positionné il peut alors avancer d’un bloc son armée en comptant sur le feu de son artillerie dès que celle-ci aura pris une position avancée au centre du terrain.

Premiers mouvements français
 Face à lui, le général de Brigade Pouget décide d’alléger son centre pour renforcer son aile gauche dans le but de réaliser une prise en tenaille. Le flanc droit plus dégarni devra rapidement prendre pour sa part le hameau et en faire un point de résistance. L’apparition des cuirassiers est donc une  mauvaise surprise si l’infanterie n’arrive pas à atteindre la sécurité des bâtiments avant.

Pour que la manœuvre du général français fonctionne, les batteries russes doivent s’avancer le plus possible et obliger ainsi les bataillons à accompagner le mouvement pour empêcher toute attaque de flanc. Le prix à payer est le sacrifice de 2 bataillons dont les tirailleurs sont projetés vers l’avant dans le fol espoir d’avoir le temps de suffisamment harceler les artilleurs avant de voir leur bataillon mère subir le souffle de la destruction.

Occuper des bâtiments nécessite une action particulière. Et Pour cela il faut être adjacent à l’objectif. Le bataillon français ne peut réaliser ce mouvement lors d’un seul tour. Il se retrouve alors judicieusement à portée de charge de la cavalerie adverse qui a eu l’initiative de prévoir l’ordre de charge !  
Audacieuse manœuvre de charge bien anticipée par le général russe !

Charge agressive de la cavalerie lourde sur le bataillon esseulé obligé de tester un carré hâtif ! Les hommes tiennent et la cavalerie doit se replier avec des pertes conséquentes.
Carré vs cavalerie lourde
Au centre, les français passent en ligne pour réduire la punition que va leur servir l’artillerie dans les 10 prochaines minutes. Heureusement, en avançant au maximum, l’artillerie à pied russe perd un précieux temps.
même déployé en ligne le français sait qu'il va mal terminer...

Le bataillon français de réserve s’éloigne rapidement de l’axe de tir de l’artillerie (toute unité dans le prolongement de la cible de l’artillerie subie également des pertes).


L’attaque française sur le flanc gauche est lancée tambours battants, avec les deux unités de vétérans en pointe.
Les dragons français sur l'aile gauche sur le point de charger

 Sur le flanc, l’artillerie à cheval, de par sa mobilité se permet une avance agressive pour mieux flanquer les russes le tout sous la protection des dragons.

Les tirailleurs profitent de leur approche rapide pour mettre sous le feu leurs cibles (artillerie, et 2 colonnes russes). Des russes qui n’ont pas déployé d’écran de tirailleurs. Choix peu judicieux qui à la longue leur coutera cher, même si la faible qualité de leur écran ne peut pas rivaliser avec les tireurs français (en fin de tour, tous les tirailleurs à portée peuvent faire feu gratuitement sur une cible).
Le moment de vérité au centre, l'artillerie prête à faire feu à courte portée
Dans cette course contre la montre c’est finalement le général français qui par son action d’attaque de flanc qui arrive à mieux tirer son épingle du feu.
À droite, le bataillon en carré arrive à occuper le village avant d’avoir à subir l’attaque des mousquetaires russes.

L'artillerie russe, décimée par les tirailleurs, met en fuite le bataillon lui faisant face
Sur le flanc gauche le français perce les lignes en combinant les attaques d'infanterie, de cavalerie le tout sous le feu de son artillerie à cheval
 Pire, la cavalerie lourde russe, après s’être reformée sur les arrières décide de ne pas écouter les ordres du général en chef et reste sur place.
Pendant ce temps l’assaut de la colonne russe est finalement repoussé malgré la présence de Rakhmanof.
A ce désagrément s’ajoute la blessure mortelle (10 sur 1D10) du général russe Rakhmanof semant le trouble dans les rangs des unités russes n’ayant pas encore été activées.

N'en jetez plus, c'en est trop pour les russes qui doivent céder le terrain aux français sur cette partie du champ de bataille.
La retraite russe est engagée
 Après avoir longtemps hésité, le scénario se termine finalement sur une belle victoire française (9 points à 3 points).
Mais le plus important n'est pas là, ce qu'il en ressort de la partie c'est que la règle commence à prendre forme, les pertes sont plus lissées et accélèrent la rencontre. L'activation des unités est maintenant au point et oblige le joueur à faire des choix, à prendre quelques risques pour réaliser les actions complexes qui permettent de faire la différence. Merci à JM d'apporter sa pierre à l'édifice en relayant Ludo lors de ces parties de mise à l'épreuve des mécanismes de jeu.
Refonte v0.6 de la règle

La suite à venir devrait être la présentation de M&S lors de la convention des Dragons de Vaires le samedi 24 novembre 2018 et la possibilité pour les visiteurs de tester la règle. Si vous êtes dans le coin, n'hésitez pas à passer faire un tour à cette convention orienté tables de démonstrations participatives, le tout dans une très bonne ambiance propice au jeu et aux échanges avec les démonstrateurs.

 

jeudi 25 octobre 2018

Convention Aulnay 20-21 octobre 2018



Ce WE avait lieu la seconde édition du retour de la convention d'Aulnay. Après une première version plutôt réussie en 2017 (à l'exception de la partie restauration en deçà des standard actuels), cette édition 2018 repoussait légèrement les murs dans un nouveau local.  Parmi les point positifs, le confort de jeu, l'espacement entre les tables permettait de facilement s'agglutiner autour des tables sans déranger les joueurs. C'était donc parfait pour discuter avec certains de  projets communs ou simplement d'échanger avec des connaissances, Diégo M., Coquintof, Bertrand d'ABAQ, Jeff, Hervé et son fils (Marches & Batailles), et bien sûr les piliers de F&S (Le nain blanc, Tizizus, Olivier, JM, le président, les ex présidents dont Erik qui a eu une standing ovation pour sa seconde place au tournois DBA etc.). Petite mention spéciale pour Jeff (cf kriegspiel) avec qui nous avons beaucoup discuté en oubliant de se lancer dans une petite partie de son jeu !

Nouveau local pour l'édition 2018
Coté orga, la localisation excentrée et un nouveau local n'ont sûrement pas aidé. Quelques tables de tournois en moins que l'année précédente et relativement peu de visiteurs donnaient parfois une impression de vide dans une salle plus grande que lors de l'édition 2017. Le point repos et restauration n'était pas particulièrement développé malgré la disponibilité et la gentillesse des responsables du bar. 
  
Du café soluble à 1 euros, la canette de soda à 2 euros, du sandwich type sodebo pour le repas ça ne fait pas (plus) forcément rêver le pousseur de figs. Bien que ce soit du travail, des sandwichs préparés sur place, voir quelques salades/tartes préparées à la maison, quelques tables bancs pour se restaurer au calme est un plus non négligeable pour l'ambiance et la convivialité si l'on veut se faire connaitre et rajeunir notre public. C'est un peu comme éditer en 2018 une règle de jeu en noir et blanc sans photos ni schémas. On peut le faire, mais on ne touchera qu'un public de niche.

En revanche le plan de la salle avec les tables et les règles pratiquée est une bonne idée à reprendre pour toute équipe d'organisation.

Bonne initiative d'avoir un plan à disposition des joueurs et visiteurs [Photo Jeff]
   Si vous avez beaucoup de figurines guerre de Sécession sous la main, alors Brigade Fire & Fury (Regimental Fire & Fury si vous avez encore plus de figurines) est actuellement un des meilleurs choix de règle à pratiquer. On peut d'ailleurs rapidement initier de nouveaux joueurs les rendant indépendants après quelques tours de jeux. Un must pour moi sur la période
Grande table F&F par la charge du 93.

 14-18 était à l'honneur avec deux table en 28mm :
Première guerre mondiale (britanniques à l'assaut)
Progression britannique à couvert 
Défense teutonne impressionnante
seconde table WW1 mais jouée avec "Orage d'acier"
Français traversant le no man'

Jeff devant sa table Kriegspiel (table Napo 15mm sur hexagones, une alternative à Tactique) [Photo Jeff]
 Pour autant la convention était tout de même agréable, j'ai juste oublié de prendre des photos des différentes tables à l'exception notable de mon coup de cœur bricolage du jour, les nappes de jeu 1er Empire.

A savoir que toutes les nappes de terrain du tournois 1er Empire étaient faites maison par l'un des joueurs.
Celui-ci a utilisé la technique du tamponnage avec une éponge pour donner ses effets ce qui rend l'ensemble vraiment sympa pour certaines nappes. Le prix de fabrication est faible ce qui permet après maîtrise de la technique de rapidement produire de nombreux terrains sur mesure.
Un magnifique terrain désertique
La nappe hiver (malheureusement photo légèrement floue qui rend mal) la plus belle avec le désert
Campagne Europe Central (charge française pour la contestation du village)
JCR, l'auteur de 1er Empire et organisateur d'Aulnay en pleine explication
Tizizus le pédagogue à droite au fond (et toujours la belle nappe désert)
Ambiance Italie du Nord ?
 Avec une accessibilité plus grande, un lieu qui ne change pas trop souvent et surtout une plus grande prise en compte du confort et de l'accompagnement des visiteurs (conjoints, familles) Le Trophée Alexandre a le potentiel de redevenir une grande convention. A suivre en 2019 donc.