mercredi 8 janvier 2020

Jouer Bavarois période Napo (2/2) : Armée 15mm


Pour cette revue de figurines de l'armée bavaroise (suite de l’article Bavarois 1/2), changeons d'échelles et passons au15/18mm pour la taille des figurines et au niveau du Corps d'armée pour le jeu. Car oui, le petit 15mm peut aussi être magnifique sur une table de jeu. Et ces bavarois avec leur tenue bleu ciel ressortent bien mieux que leurs acolytes plus sombres.

Dans ces condition, autant viser une marque avec de belles figurines et de grande taille, à savoir les AB en 18mm.
Bon, comme le fais justement remarquer le capitaine Stark dans les commentaires, mes propres figurines sont de simples OG (Old Glory) mais je les trouves tout à fait convenables et à mon goût, doù mon erreur. Et oui, finalement, une armée "normale" avec des figurines "normales", quoi de plus normale ? On peut dire que la boucle est bouclée ;-)

Les Bavarois avant le passage du Niemen en 1812...

Le projet pour mes bavarois consiste à prendre les figurines à ma disposition afin de réaliser une liste  d'armée pour la règle de jeu Bataille Empire qui vient récemment d'être traduite et éditée en version anglaise (english edition), english review by wargamer, preuve de son engouement et de son potentiel (cocorico).
Cette liste ne se veut pas une armée optimisée de compétiteur mais bien une présentation d'une armée 100% bavaroise, jouable et surtout historiquement acceptable le tout... à partir des figurines disponibles dans ma vielle boite à gâteaux !

La boite à gâteaux bavaroise

Les figurines sont des AB et on peut dire que l'armée date depas mal d'années. La peinture commence à devenir terne et le soclage est à base unique de flocage d'herbe typique de la fin des année 90 et début 2000 (enfin, c'est ainsi que je les "soclais" pendant des années).

Notez que, pour ne pas avoir des socles trop épais que je trouvais disgracieux à l'échelle du le 15mm (et encore plus pour les 10mm et 6mm), les figurines étaient directement collées sur la feuille aimantée sans autre forme de procès. 

Mes figurines disponibles ne me permettent pas d’aligner les dragons blancs de 1809 et l'absence de levées me contrarie pour une armée de 1813/1814. Reste donc l'armée de la campagne de 1812.
Avec une armée en 200 points il est tout juste possible de former une liste à 100% de bavarois en poussant les curseurs au maximum. On constate de suite que c'est une armée homogène de campagne sans coup de canif à l'historicité à coup de troupes d'élites rattachées. A ce titre il est dommage de constater que les règles de jeu à budget ne pénalisent pas les joueurs qui en prennent dès et autant que possible à l’exception notoire d'une règle comme Maurice de Sam Mustafa (chaque nouvelle troupe d'élite coûte plus cher que la précédente, simple, élégant et efficace).   



Pour rappel, à bataille Empire, les unités représentent par défaut un régiment d'infanterie (4 plaquettes) ou de cavalerie (2 plaquettes), les chefs des généraux de Division et bien sûr le Chef de Corps pour chapeauter ensemble.
Exemple de liste Bavaroise 1812 pour Bataille Empire (Si la liste recèle d'erreurs, que les spécialistes de BE n'hésitent pas à me le signaler, merci).
Le VIème corps d'armée est commandé par Gouvion Saint-Cyr, un homme de guerre remarquable finalement peu et mal connu malgré le fait notable qu'il fut le seul à recevoir sont bâton de Maréchal  lors de la campagne de Russie en 1812. Caractère indépendant bien trempé, pétri d'idéaux et de valeurs incompatibles avec l'autoritarisme d'un Napo tout puissant, il est pourtant un des tous meilleurs généraux et au même titre qu'un Davout, ou un Suchet, capable de gagner des batailles et de commander une armée loin de l'Empereur. Classé "Brillant" (+2) à BE et c'est légitime.
Gouvion Saint-Cyr
L'artillerie de 12£ de réserve soutenue par le 1er léger. Sain-Cyr au second plan derrière les canons.

La 19ème Division d'infanterie est commandée par Deroy (1743-1812), général bavarois expérimenté mais plus tout jeune qui ne reviendra pas de cette campagne hivernale. Classé "Compétent" (+1) dans ma liste pour porter la meilleure Division même si personnellement je considère de Wrede plus légitime (alors que beaucoup de règles penchent vers Deroy). 
Bernard Erasme von Deroy

La plus forte des divisions et la plus importante en taille, celle qui devra servir pour accomplir l'objectif principal.
Selon les besoins, elle pourra être soutenue par la réserve d'artillerie de 12£ pour déloger un adversaire barricadé derrière ses défenses.

La 20ème Division, en tête, les légers poussés par Deroy
En jaune et rouge les 9ème et 10ème régiments d'infanterie
Les meilleures troupes : le 1er régiment d'infanterie à gauche et le 1er léger à droite.
Les même de dos, notez le plumet vert des légers et le plumet rouge des grenadiers

 La 20ème Division d'infanterie est commandée par de Wrede (1767-1828), général bavarois emblématique qui s’illustra tout au long de sa carrière avec comme seule véritable tâche sur sa belle veste la fameuse défaite lors de la bataille d'Hanau en 1813. Classé "Ordinaire" (0), malheureusement les bavarois ne peuvent pas avoir plus d'un chef Compétent, donc pas le choix et on suivra le classement de la plupart des règles Napo qui ne sont pas tendres avec lui.
Carl Philipp von Wrede
La division sacrifiée, celle qui devra retenir, bloquer ou occuper le plus longtemps possible l'adversaire et vous laisser le temps d'atteindre vos objectifs à la tête de votre 19ème Division.
Au 1er plan, la 20ème division avec l'infanterie légère à droite (7ème léger qui n'est pas historiquement dans la division et qui est identifiable à son col bleu clair).

2ème régiment d'infanterie (en rouge) à gauche et 11ème régiment d'infanterie (en vert) au centre.

La 20ème division de dos et flanquée de la cavalerie


La réserve de cavalerie légère, composée de 2 brigades de chevau-légers épaulées par une batterie d'artillerie à cheval pour soutenir les quatre régiments montés (dont un de grande taille) qui vous donnerons une bonne valeur de reconnaissance (8 points) très utiles pour l'initiative déjà forte par la valeur de Saint-Cyr classé "Brillant".
Force mobile, elle devra tout de même se méfier des cavaleries lourdes de l'adversaire si elle est obligée de croiser le sabre. Pour le reste, débordement, ralentissement et harcèlement seront ses principales activités.
Les 2 brigades de chevau-légers bavarois

Avance groupée de la cavalerie sur les flancs de l'armée

Cette armée n'est certes pas optimale pour les compétiteurs, il manque de la cavalerie lourde, des troupes d'élite et de l'artillerie de taille "normale" et non pas "petite" (contrainte fixée pour la liste d'armée dans la règle BE) mais elle représente bien un corps d'armée type en campagne en 1812 !
Nous tâcherons donc de vous faire un petit CR lors d'une partie jouée pour vous illustrer ses exploits... ou déboires comme cela c'est passé lors de ma première partie de Bataille Empire.

Et maintenant, au boulot, Prosit !


jeudi 19 décembre 2019

Jouer bavarois période Napo (1/2)


Après l'engouement surprise du guide de découverte de l'armée espagnole, l'armée du cœur ou des fashion victims, nous ne pouvions rester les bras croisés et vous proposons donc dans la foulée une nouvelle présentation atypique, à savoir, celle de l'armée dite "normale" de la période Napo...
 J'ai nommé, l'armée bavaroise !

Il est souvent doctement annoncé que l'armée autrichienne (pourtant complexe et riche de ses contradictions) représente le mètre étalon, le patient zéro des armées période Napo... Celle à partir de laquelle on pourrait facilement modéliser les autres nations en les classants comme supérieures ou inférieures selon différents critères ludiques.  Et pourtant ! Que dis-je, que nenni, beaucoup de créateurs de règle se trompent car une autre nation, toute aussi adepte de la Wurst et de la bière mais aux effectifs plus faibles, donc plus discrète, rafle la véritable palme de la normalité, notre bien aimée Bavière.

Oui, car en sus de ses caractéristiques dignes de la "normalitude", la Bavière est encore plus représentative du parcours type des nations lors de l’ascension, la domination puis la chute du petit Tondu. Elle coche même toutes les cases de l'élève moyen et discret que les professeurs on tendance à délaisser et vite oublier.
Telle la bière munichoise, l'armée bavaroise est plutôt belle mais légèrement trop transparente et un peu fade. Elle manque clairement de caractère ludique quoi.
On peut dire de la Bavière qu'elle est grande parmi les petits, mais aussi petite parmi les grands…

Napo harangue les bavarois et wurtenbergeois à la bataille d'Abensberg 1809 par Debret


Dans ces conditions, pourquoi donc s'intéresser, pire, privilégier une armée bavaroise et plus particulièrement comme première armée pour toute personne qui veut se lancer dans le grand bain du Napo ?



Se monter et peindre une armée de bavarois, les atouts :
  • La disponibilité et l'exhaustive de belles figurines chez de nombreux fabricants, Perry, Front Rank en 28mm, ou AB en 18mm (magnifique mais cher) vont vous permettre de facilement composer l'armée,
  • La facilité à trouver l'iconographie pour peindre les unités,
  • Le peu de variété de troupes simplifie la création d'armée et sa peinture, étape parfois redoutée par le jeune padawane en Napo,
  • Des couleurs distinctives bien visibles entre les différents régiments (couleur dominante du régiment, rouge, jaune, rose etc.) mais pas de gros pièges "uniformologiques",
  • Un uniforme relativement stable  sur toute la période (des évolutions à la marge par exemple sur la tenue des officiers, perte de la ceinture d'écharpe remplacée par un au hausse-col et surtout les dragons qui passent de la tenue blanche à la tenue verte des chevaux-légers avec lesquels il vont fusionner). Peu de personnes viendrons vous faire des remarques et votre Raupenhelm passera bien sur toutes les tables car il reste la marque de fabrique bavaroise tout au long la période sans vous obliger à choisir et vous restreindre à une campagne particulière comme souvent pour les autres nations,
  • La possibilité de réaliser aisement une "armée" historique (brigade, division, corps d'armée) et d'en trouver les ordres de bataille détaillés.

Bataille d'Hanau 1813 par Vernet

Jouer les bavarois, apporte également quelques avantages :
  • La possibilité de pouvoir aligner votre armée de bavarois aussi bien dans le camp français (période 1805-1813) que dans le camp coalisé (1813-1815),
  • Un effet visuel plaisant qui flatte la rétine (le bleu ciel bavarois est clair et ressort bien sur les tables de jeu) ce qui permet de rapidement identifier vos troupes lors de grosses mêlées chaotiques,
  • Des troupes uniformes (infanterie de ligne, légère, cavalerie, artillerie) qui permettent de couvrir facilement tous les ordres de batailles des bavarois sur la période (particulièrement 1809, 1812, 1813-14) et de ne pas trop avoir à se soucier de spécificités (sauf pour les quelques carabiniers),
  • Des caractéristiques de troupes génériques donc pas de mauvaise surprise et pas d'écarts abyssaux avec l'ennemi lors des combats (sauf s'il sort la garde d'une nation majeure),
  • La possibilité, dans un second temps, d'étoffer pour des parties de compétition vos effectifs avec des troupes plus faibles (garde nationale en 1813-1815) ou plus fortes (grenadiers à pied, cuirassiers en 1815 même si ces troupes n'ont pas véritablement combattu),
  • la possibilité, par la suite, de créer un embryon français et/ou coalisé (autrichien) pour diversifier votre armée et renforcer ses faiblesses en fonction de votre style de jeu,
  • cerise sur l'Apfelstrudel, le plaisir de pouvoir essayer de faire mieux que de Wrede à la bataille d'Hanau en 1813 face à Napo et sa vielle garde !

Voici les troupes de choc sur lesquelles vous ne pourrez pas compter si vous jouez des batailles historiques (disponibles véritablement à partir de 1815).

Comme on peut le voir, monter une telle armée se fait assez rapidement et aisément tout en laissant de belles opportunités pour ajouter des troupes aillées.
Voici un exemple type d'armée bavaroise peinte en 28mm qui vous donnera un aperçu parfait :
http://vonpeterhimself.com/army-inspections/napoleonic-bavarians.html

Humour bavarois supposé : Pourquoi les Raupenhelm bavarois sont-ils plus haut que ceux des autres nations ? ... Pour pouvoir boire plus de bière d'un coup !


Bref, il est temps maintenant de reprendre notre présentation des arguments qui permettent de classer les bavarois en chantres de la normalité !
Petit rappel, géographiquement, la Bavière, judicieusement située au Nord de la magnifique et insignifiante confédération helvétique, a souvent servi de nation tampon entre ses belliqueux voisins français et autrichiens.
Faut dire que d'un point de vue historique, depuis le XVIIème siècle l'électorat de Bavière navigue au grès des alliances entre ces deux grandes puissances.  Lors de la révolution française et des années du Consulat, la Bavière est membre de la première et de la seconde coalition (1792-1802) en guerre contre la jeune république française mais elle est traitée militairement comme souffre-douleur de l'armée autrichienne.
En 1805, von Wrede le bavarois fraichement passé au service de Napo cinglait à la face du général autrichien Mack : « Nous sommes mieux qu'avec vous, nous n'avons ni morgue, ni mauvais traitements à essuyer, et loin d'être exposés aux premiers coups, nous sommes obligés de demander les postes périlleux, parce que les Français se les réservent de préférence. Chez vous, au contraire, nous étions envoyés partout où il y avait de mauvaises affaires à essuyer. »
von Wrede l'incontournable, l'homme qui participa à toutes les campagnes majeures des bavarois


En 1806, l'électorat devient le royaume de Bavière par la grâce de Napo (la Confédération du Rhin remplace feu le Saint-Empire romain germanique) et va combattre aux côtés du plus fort pendant les années glorieuses tout en profitant ainsi directement d'une réforme militaire bienvenue. Mais avec le déclin précipité de l'Empire après la désastreuse campagne de Russie, les Bavarois, rois du timing, vont de nouveau rejoindre la coalition (on en est à la sixième) des adversaires du petit Tondu, et ce, juste avant la bataille des Nations (Leipzig 1813).
Résultat des courses, après la chute finale de l'Empire en 1815, la Bavière est confirmée comme royaume par les coalisés.
Pas mal pour une nation de second plan non ? Il y a une capacité certaine, voulue ou non, à capter le "Zeitgeist" chez nos buveurs de bière préférés. Tout le monde n'a pas ce tallent, à commencer par les polonais qui ont joué à quitte ou double... et ont tout perdu ! Mais ceci est une autre histoire.



Le profil du joueur bavarois adepte de la p'tite mousse :

Dans ces conditions, qui peut bien aligner une armée Bavaroise ? Car, pour une nation dite mineure, on en croise périodiquement sur nos tables de jeux. Hé oui, avec leur tenue bleue ciel, leur casque à chenille rehaussé (Raupenhelm pour les adeptes), leurs étendards à damiers bleu ciel et blanc, les bavarois savent briller mais sans trop en faire.  Point de bling bling ou de classe absolue. Juste ce qu'il faut de bon goût, de fraicheur et d'originalité.

Déjà, sauf exception qui confirmerait la règle, vous ne trouverez pas de joueur de type, "ma patrie mon amour" si caractéristique d'autres nations. En effet, cette population préfère clairement faire son pèlerinage annuel à l'October Fest et profiter de l'ambiance de stade, du rayonnement et de la culture de la gagne du Bayern München, le mythique club de foot.

Du joueur fashion victim sensible au bleu ciel alors ? N'exagérons rien, les tenues sont belles, la teinte originale mais on est dans une certaine homogénéité et sobriété toute germanique (même si les bavarois sont des catholiques et non d'austères réformistes du Nord). Ceci-dit, ce bleu typé, combiné aux casques à chenille rehaussés (ils sont plus haut que ceux des autres nation, si, si, observez bien et vous verrez) plait à une catégorie de joueurs moins enflammés qui fuit les défilés de mode mais pour qui la tenue compte, j'ai nommé, le joueur "simple mais belle armée".  Celui-ci ne vous posera pas de problème en temps qu'adversaire, il vous posera peu de questions et jouera tranquillement son armée. Avec de la chance, ou malchance c'est selon votre sociabilité, vous risquez même de l'oublier rapidement après votre partie sans vraiment savoir pourquoi...

Plus rugueux, vous croiserez aussi la route du "vieux briscard", redoutable joueur, en plus de ses compétences tactiques, il connait toutes les armées, leurs forces, leurs faiblesses. Il veut, avec ses bavarois vous surprendre par la normalité et la simplicité de son armée qu'il exploitera au mieux  selon les conditions de victoire (souvent offensivement) en abusant de vos faiblesses et en évitant comme la peste vos points forts.
Vous allez donc passer une partie, surtout en tournoi, où vous risquez de prendre une leçon un peu sèche qui vous permettra tout de même d'en apprendre plus sur la manière de jouer votre propre armée. Bien que poli et didactique, il n'aura que peu d'empathie pour vous. Notez que passé le désagrément de la partie, l'enrichissement de vos connaissances relativisera votre probable défaite. Comme quoi parfois il y a du bon à participer à ses dépens à une master class.

Plus sympathique et surtout plus agréable à jouer est le "blasé". Lui, c'est le vieux briscard sous sa forme partiellement aboutie (comme chez les pokemones quoi). Il connait bien les armées mais n'est pas un tacticien aussi redoutable. Il joue bavarois pour varier les plaisirs tout en étant pas forcément convaincu. Sa flamme "figurinistique" est vacillante. Il ne supporte plus de jouer son armée préférée ou l'armée de tueurs à la mode. De toute manière, il ne devrait pas tarder à jouer espagnol, c'est plus beau, plus original, plus varié et surtout avec plus de caractère. Voir pire, il peut tout simplement finir par faire un break le temps de raviver la flamme en trouvant une autre armée mineure vraiment originale. Coté partie, vous risquez tout de même de perdre votre confrontation, mais sur le fil, le tout en passant un bon moment avec un juste équilibre de plaisir et d'apprentissage. Attention, certains blasés peuvent parfois dangereusement s'approcher du joueur déprimé.

 Reste une particularité, tout n'est pas 100% normal au pays de la bière, qui peut s'ajouter à chaque type de joueur bavarois, c'est l'adepte de la p'tite mousse. Lui il jouera, enjoué, avec son verre fétiche posé en bord de table et rempli de son breuvage de prédilection. En début de journée cela peut surprendre, en fin de journée il risque juste de radoter un peu.  

Avec la publication de cet article, nous ne désespérons pas qu'un nouveau type de joueur émergera, c'est le "novice motivé". Attentif, sérieux, désireux de progresser, une armée complète et peinte aligné devant lui, il ne demande qu'à apprendre. Deux sous-représentant devraient voir le jour, le spécimen aux dents longues, il va être un peu chiant à supporter et le spécimen "grand blond" que vous ne pourrez pas totalement détester. Vous savez, c'est le gars brillant, humble, chanceux, souriant à qui tout réussi (planquez vos copines, on ne sait jamais). Aucun risque de dérapage avec lui, mais selon votre humeur du moment il vous portera soit sur les nerfs (la perfection c'est parfois pénible), soit vous finirez à la cool après la partie par débriefer la rencontre et rigoler autour d'une p'tite mousse blonde.



Comment jouer l'armée normale bavaroise ? :
Au niveau du jeu grand tactique :
Au mieux vous dirigez un corps d'armée bavarois (ou alors les bavarois sont des alliés dans votre armée d'une nation majeure). Votre valeur de combat est alors légèrement inférieure à la moyenne. Vous pourrez supporter des combats  ou subir des pertes mais évitez de rester trop longtemps dans l’œil du cyclone. Deux solutions s'offrent à vous :
  •  Soit vous encaissez les pertes en début de bataille et laissez passer les experts devant vous pour l'assaut final (la gloire pour les autres, typiquement une belle grosse réserve française bien velue), 
  • soit vous allez tenir un secteur du front pour lequel le général en chef ne voudra pas gâcher des troupes plus aguerries ou percutantes.
 Vos généraux sont  à l'image de l'armée, ils connaissent leur job mais ne sont pas exceptionnels, Deroi, de Wrede (Napo disait de lui après la bataille d'Hanau, " Pauvre de Wrede ! J'ai pu le faire comte, je n'ai pu le faire général" cette puncheline est tout de même bien trop réductrice et caricaturale, mais il faudrait un article à part entière pour traiter du sujet)... Bref, rien pour véritablement booster ou compenser la normalité de vos troupes mais pas de quoi vous ralentir non plus.
A l’exception notable de Gouvion Saint-Cyr, les généraux français qui ont commandés en chef les bavarois tels que Lefèbvre ne se démarquent pas non plus par un tallent de commandement supérieur. A partir de 1813, ce sont les bavarois eux même qui vont diriger leur corps d'armée (de Wrede), avec en soutien sous leurs ordres des troupes autrichiennes parfois bienvenues.

L'artillerie a du style


Au niveau du jeu tactique :
vous dirigez une division ou une brigade, c'est à cet échelon là que votre armée normale devrait vous procurer du plaisir une fois maitrisée.
 Coté encadrement, vos généraux tiennent la route (von Wrede, Minucci, Rechberg...). Ils vous permettrons d'activer vos unités sans trop de perte de temps ou de réactivité (sauf avec certaines règles de jeu qui traitent les états mineurs avec mépris et méconnaissance). La difficulté viendra de l'absence de troupes de choc pour réaliser votre attaque principale ou une réserve d'élite. Exit les grenadiers ou la cavalerie lourde en cuirasse. Il faut attendre 1815 pour retrouver ces troupes qui historiquement ne connaitront pas la bataille rangée.
A ce propos il y a un point intéressant à soulever. Pendant toute la période "française" (1805-1813) les bavarois n'ont pas de cavalerie lourde. A partir de 1811 même les dragons sont fusionnés avec les chevau-légers. Certes, entretenir une unité de cuirassiers coûte très cher et n'est pas à la portée de tous les états, surtout ceux qui ont des finances mal en point comme c'est le cas pour la Bavière, mais dans le cas de celle-ci, il est probable que la réticence de Napoléon de laisser la Bavière lever de telles troupes soit déterminant dans cette absence remarquée. Ce qui peut d'ailleurs expliquer leur retour à partir de 1815 lorsque la tutelle français n'est plus.


In fine, à quoi s'en tenir avec une armée normale lors d'une partie ?

Déjà, c'est quoi une armée normale dans les faits ?
C'est tout simplement l'armée qui peut tout faire sans avoir de caractéristique particulière. Ni faiblesse majeur, ni atout flagrant. Elle permet tout de même, en jouant sans prise de risque, d'éviter de se faire rouler dessus par ses adversaires. 

Face à des armées d'élites, vos  bavarois seront légèrement supérieur en nombre. Bien sûr l'adversaire sera plus puissant, mais l'écart restera dans une fourchette acceptable. La destruction instantanée ou la fuite au premier choc de vos troupes sera rare. Votre adversaire devra surement s'y prendre à plusieurs reprises pour en finir avec vous. Une erreur ne sera pas fatale si vous réagissez rapidement pour en annuler l'effet. Le temps et les réserves vont jouer pour vous. Avec un peu d'entrainement et de maîtrise, victoires et défaites à la Pyrrhus en perspective pour vous.

Face aux armées fragiles de miliciens/conscrits/irréguliers, bien que moins nombreux, il vous restera suffisamment de troupes pour éviter d'être débordé. Mieux encore, correctement déployé, avec un terrain chargé par des obstacles difficilement franchissables les hordes n'auront que peu d'effet sur vous et votre moral/cohésion fera probablement la différence.

Face à une autre armée "normale", sans erreur majeur la différence viendra de la qualité du joueur. Cette configuration est d’ailleurs idéale pour apprendre à maîtriser une nouveau système de jeu. Certaine règle parlent de jeu à "plat" pour ce type de rencontres qui permettent de gommer les spécificité de certaines troupes ou nations.


 Globalement votre plus gros irritant restera ce fameux manque d'atouts à mettre en œuvre pour réaliser un assaut de rupture ou une résistance en béton armé (You shall not pass !) lors d'une défense acharnée. Vos victoires risquent de ne pas être décisives mais en contrepartie vos défaites resteront généralement mineures. C'est pourquoi, en tournois ou en parties à budget, seuls les très bons joueurs pourront atteindre l'enviable haut du classement, la où le soleil brille plus fort et impressionne les autres joueurs envieux.

En contrepartie, un joueur novice aura à sa disposition un outil simple à maîtriser :
  • valeurs de commandement et de combat homogènes, 
  • accès à toutes les formations sur le modèle français, 
  • mobilité et activation respectable,
  • peu de variété de troupes,
  • pas de faiblesse rédhibitoire, 
  • pas de gros surplus d'unités dont on ne sait que faire car trop nombreuses et souvent mal positionnées donc mal exploitées ou inutiles.
Le joueur pourra alors apprendre à maitriser son armée et  progresser sereinement tout en prenant pleinenemnt conscience des particularités qui font les forces et faiblesses des armées ennemies !
A terme il pourra véritablement se faire une idée du style de jeu qui lui convient le mieux et ainsi choisir en pleine objectivité sa voie et bâtir une nouvelle armées à son image. N'oublions pas que les bavarois représentent l'armée étalon ce qui permet d'appréhender le poids réel des particularités des autres armées le tout dans l’optique de se forger sa propre opinion de jeu.  


Voici une présentation rapide de l'infanterie et la cavalerie pour orienter les nouveaux joueurs dans leurs recherches.


Composition type de l'armée bavaroise :


L'armée en campagne est organisée de sur un modèle à la française, à savoir un corps d'armée avec plusieurs divisions (infanterie, de la réserve de cavalerie si elle n'est pas rattachée à une division d'infanterie et de la réserve d'artillerie).
Chaque division est composée de 2 ou 3 brigades dont parfois une de cavalerie.
L'artillerie en composée essentiellement de pièces de 6£ pour l'artillerie à pied et l'artillerie à cheval et de 12£ pour l'artillerie lourde de réserve.

Infanterie (1806 à 1812) : 
Chaque brigade d'infanterie en campagne est composée de 2 régiments d'infanterie de ligne (à 2 bataillons) et parfois d'un bataillon d'infanterie légère en sus.

Les bataillons sont organisés sur le modèle français avec 6 compagnies :
  • quatre de ligne (fusiliers),
  • une de grenadiers (plumet rouge)
  • et une de légers (plumet vert). La compagnie de légers possède des tireurs d'élites avec carabines (quelques dizaines de soldats appelés schützen). Ces hommes sont rarement représentés au niveau du bataillon de ligne dans les règles de jeu mais pourquoi ne pas le faire lors de la création de votre armée histoire de mettre une touche historique et un peu de variété visuelle surtout en 28mm.

14 régiments d'infanterie de ligne tenue bleu ciel   :
  • Leibregiment Nr 1 (le Leibregiment est réputée plus aguerrie, du moins jusqu'en 1812)
  • Kronprinz Nr 2
  • Prinz Karl Nr 3
  • Salem Nr 4
  • Von Preysing Nr 5
  • Herzog Wilhelm Nr 6
  • Lowenstein Wertheim Nr 7
  • Herzog Pius Nr 8
  • Graf von Ysenburg Nr 9
  • Von Junker Nr 10
  • von Kinkel Nr 11 (1807-1811)
  • attention, le 12ème régiment est supprimé entre 1806 et 1814
  • Nr 13, vacant (1805-1813)
  • Nr 14, vacant (1806-1813)

Les 6 fantassins du bas représentent, de gauche à droite, les régiments n°7 à n°13.

7 bataillons d'infanterie légère tenue verte :
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 1
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 2
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 3
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 4
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 5
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 6
  • Leichte-Infanterie-Bataillon Nr 7 (avec un recrutement au Tyrol, il n'exista, difficilement, que de 1808 à 1811)




Cavalerie (1806 à 1812) :
Chaque brigade de cavalerie est composée de 2 régiments (1 dragon et un chevau-légers par exemple en 1809). 
Les beaux dragons blancs, c'est jusqu'en 1809...
De 1806 à 1811 la cavalerie était composée de :
2 régiments de dragons (tenue blanche) :
  • Dragoner-regiment Nr 1 "Minucci"
  • Dragoner-regiment Nr 2 "Prinz Taxis"

4 régiments de chevau-légers (tenue verte) :
  • Chevauxleger-regiment Nr 1 "Kronprinz"
  • Chevauxleger-regiment Nr 2 "König"
  • Chevauxleger-regiment Nr 3 "Leiningen"
  • Chevauxleger-regiment Nr 4 "Bubenhofen"

A partir de 1811 les deux régiments de dragons sont convertis en chevau-légers (donc tenue verte) en prenant les numéros 1 & 2 décalant d'autant les numéros des anciens chevau-légers (ex Le N1 "Kronprinz" devient alors le N3 "Kronprinz").

Pour ceux qui cherchent une référence documentaire solide et ne veulent pas se contenter de ce qui est accessible sur le net, je ne peux que leur conseiller :

The Army of Bavaria 1792-1814, de W.J Rowkins, en anglais mais l'exhaustivité (220 pages) en matière d'uniformologie est à ce prix (5£ en version numérique).   

Quelques planches complémentaires pour les détails d'uniformes et grades :








Drapeaux bavarois

De l'utilité du Maß de bière (pardon, du mètre étalon) bavarois pour tester un règle de jeu :

Personnellement j'utilise souvent mon armée bavaroise lors de ma première partie pour tester une nouvelle règle Napo (Snappy Nappy, Black-Powder, Bataille Empire etc.). Si j'organise personnellement la partie, j'utilise un scénario classique d'attaque défense avec une adaptation du combat de Morvilliers (aile droite des coalisés) lors de la bataille de La Rothière en 1814. C'est un assaut des bavarois de von Wrede sur les troupes françaises sous le commandement de Marmont. Une bataille parfaite pour se concentrer sur les mécanismes de base du jeu tel que, l'activation et le déplacement des troupes, la résolution des combats, la complexité du système, le ressenti historique, le temps de jeu etc.
A la longue, en utilisant le même scénario, il devient intéressant de comparer le déroulement de la partie entre les différentes règles testées pour se faire un avis plus posé et factuel en évitant au maximum l'engouement ou la déception tragique d'un fan boy sous le coup de l'émotion. Bref, on retrouve ici le fameux mètre étalon des armées en Napo qu'incarnent parfaitement les bavarois. C'est pourquoi, dans la seconde partie de l'article (à venir) nous découvrirons ensemble à quoi ressemble les figurines de l'armée bavaroise normale en 18mm (AB) du Marius.

"Normal" mais un peu moins que le bavarois ? :
Si, arrivé à la fin de cette présentation vous vous dites, mince, j'aime bien ces armées secondaires à dominance germanique avec des Raupenhelm… Mais franchement, le bleu ciel c'est trop festif pour moi (si si, il existe des austères qui se marrent parmi les joueurs de Napo) ou le Raupenhelm version King Size est trop grand pour moi, voir, il me manque un peu de peps et de variétés de troupes avec ces bavarois, alors ne désespérez pas, l'armée wurtembergeoise est peut-être faite pour vous !

Proche de l'armée bavaroise, avec des effectifs plus faibes mais avec des troupes plus variée, elle mélange des uniformes bleu foncé à base de Raupenhelm (petite taille cette fois-ci, comme chez les cousins autrichiens) et de shakos le tout assaisonné d'unités de tous types comme de l'élite à dose homéopathique.

Pour vous faire une idée (si la langue de Wellington ne vous pose pas de problème de compréhension) et que l'année 1809 vous convient comme base de jeu, alors un livre bien fait vous permettra de compiler toutes les informations nécessaires pour monter votre nouvelle armée de plomb (uniformes, unités, récit de la campagne, plans de batailles en 1809 etc.) :
THE WURTTEMBERG ARMY IN THE CAMPAIGN OF 1809 par David Wright :



Mais attention, le wurtembergeois, comme l'autrichien, passe du Raupenhelm au shako pendant la période Napo, vous ne pourrez donc pas aligner votre cœur d'armée quelque soit l'année, vous voilà prévenu ;-)    .

La présentation de mes Bavarois en 1812 lors de la campagne de Russie c'est dans la seconde partie ICI.