samedi 22 décembre 2018

Brigade Fire & Fury, bataille de Drewry’s Bluff 1864


Longstreet, après une longue période de domination sur les tables de jeu guerre de sécession, sans crier gare, a peu à peu laissé la place à une nouvelle… vieille règle. Brigade Fire & Fury (la vénérable Fire and Fury dans sa version relookée et modifiée en seconde édition).
Si d'autres règles ont pointé le bout de leur nez, celles-ci n'ont pas accroché suffisamment les joueurs F&S pour dépasser les 1 à 3 parties jouées. Ce fut le cas de Altar of freedom (malgré son système de commandement original et prenant, ou ses généraux aux traits de caractères marqués plutôt que de simples bonus/malus au combat ou au moral), mais aussi de Across a deadly field et ses actions pour activer les troupes,avec son système d'actions et sa modélisation fine des nombreuses nuances d'armements de l'époque. Ce sont pourtant des règles très intéressantes sur leur créneau respectif (et validés par le Marius), mais la vie de club en va ainsi. Il ne doit en rester qu'un (ou presque).

Alors que BF&F a tout de suite bien accroché les joueurs. Prise en main immédiate pour les nouveaux, possibilité de finir en une soirée des batailles de belle taille, nombreux scénarii historiques détaillés (officiels mais aussi sur le web) et plaisir de jeu en sont les principales causes. Seul véritable lourdeur, les petit marqueurs d'unité à préparer et coller/scotcher à l'arrière des unités afin de pouvoir les différencier et visualiser les paliers de dégradation des  performances.

L'originalité du système d'activation est également un facteur enthousiasmant. Vous lancez un D10, puis appliquez des modificateurs situationnels pour enfin croiser le résultat avec l'état de votre unité (en désordre ou non) ce qui vous donne les actions à votre disposition pour le tour. Simple et efficace. Cela permet de se plonger sans trop attendre dans la partie.
Il suffit de lancer le dé, puis, en fonction du résultat penser son action et donc de faire un retour aux règles qu'en cas de doute et sur un nombre limité de possibles. L'ensemble a un petit "je ne sais quoi" qui vous donne l'impression de jouer guerre de sécession.

Pour vous faire une idée du visuel, place à notre seconde partie jouée au printemps dernier, la (seconde) bataille de Drewry’s Bluff le 16 mai 1864.
Les nordistes un peu trop confiants de Butler (Benoit et le Suisse) poursuivent les sudistes de Beauregard (Dom & Thomas) qui, sur une position défensive, décident de faire subitement face, surprenant les nordistes en pleine manœuvre.

L'objectif est simple pour les sudistes, repousser les nordistes du secteur (la carte) pour se donner de l'air et si possible démoraliser le maximum d'unités.
La bataille commence alors que les nordistes en phase de poursuite ne sont pas encore entièrement déployés malgré l'assaut sudiste.

Les sudistes (centre et flanc droit) derrière leurs barrières attendent de pied ferme les tuniques bleues.
Flanc gauche et centre confédéré en débordement de l'aile droite nordiste.
Flanc droit nordiste du général Weitzel déjà débordé.
Confiants, les sudistes se jettent sur les nordistes pris au dépourvu et contraints de tenir du mieux possible le terrain avant toute autre manœuvre.
Ce premier assaut, mal coordonné par un jeune officier plein de fougue, est repoussé par le sang froid et l'opportunisme des nordistes de Butler.
Les sudistes motivés pour en découdre

Alors qu'au centre on manœuvre encore pour retarder le moment de la confrontation,
L'aile droite affaiblie des nordistes subit une d'attaque d'envergure comprenant une manœuvre de fixation frontale combinée à une manœuvre  de  contournement sur l'extrémité du flanc.

Le général Weitzel pousse agressivement son avant-garde dans le but d'occuper le terrain en lisière de bois et ainsi ralentir, voire fixer sur placer les troupes sudistes.
Un premier assaut sudiste est repoussé

Contournement de l'aile droite par les sudistes

pendant ce temps, le reste des troupes de la Division Weitzel se re-déploient pour empêcher tout débordement.
La bataille entre dans le vif du sujet, au centre, les assauts de diversion nordistes se répètent dans l'espoir d'attirer plus de troupes sudistes et alléger le poids qui pèse sur le flanc droit en infériorité numérique flagrante.

Au partir du tour 3 les nordistes avancent au centre !
Le centre nordiste est repoussé mais ne cède pas
Pour éviter tout débordement et ne pas perdre trop d'hommes suite aux tirs d'artillerie confédérée, Weitzel doit reculer pas à pas sans lâcher prise.

Weitzel fait reculer sa brigade de tête à couvert dans le sous bois et fait remonter les renforts
Weitzel, au risque d'être tué, prend directement la tête de la brigade et par sa présence permet au dispositif de tenir
Sur l'aile gauche la situation se stabilise, les sudistes repoussés le général Butler, fort de sa supériorité numérique, peut terminer son déploiement et engager un mouvement agressif vers l'avant.
Butler peut enfin reprendre sa marche en avant !
Pour éviter toute prise de flanc par le centre confédéré, le centre de l'union continue ses assauts repoussés. Insuffisamment préparés, il n'y a pas grand-chose à en espérer. Mais le but reste bien de fixer des troupes pour laisser les ailes réaliser la percée définitive pour rompre les sudistes moralement entamés.   
Résistance sudiste en flanc refusé au centre (attaque des zouaves sur la gauche)

Butler termine le travail sur son flanc gauche
Le sud cherche désespérément à envoyer des renfort au centre et manœuvre dangereusement

Une dernière brigade sudiste amoindrie cherche à contourner l'aile droite nordiste mais l'artillerie couvre les troupes avec succès et repousse la tentative
La suite n'est plus qu'avance triomphante à gauche sous la direction de Butler et résistance épique puis avance lente sous la direction de Weitzel à droite.


Fin de partie, Aile droite nordiste, Weitzel a complétement détruit ou repoussé les sudistes, la messe est dite
Vue générale à l'avant dernier tour, à gauche Butler dégage le chemin de fer, à droite Weitzel s’apprête à prendre de flanc une brigade sudiste et détruit le reliquat de l'unité ayant contourné les lignes

Ce scénario mériterait d'être rejoué en changeant de coté. Les options des sudistes sont intéressantes. On perçoit la nécessité d'avoir un plan sérieux pour atteindre ses objectifs.

Après une première partie jouée sur le scénario de Bull Run en 2vs2 (avec une mémorable défaite tout en ayant joué les sudistes franchement avantagés) les mécanismes sont mieux maîtrisés dans ce second test. Le D10 donne la sensation d'une grande variété de résultats mais dans les faits c'est moins flagrant, sauf en cas de très grande réussite au tir (compensé par un malus pour perte de munitions). Au choc, pour réellement faire mal il faudra penser à flanquer un ennemi en plus d'un bon jet de dé.  En définitive, cette nouvelle version de B F&F est une véritable réussite, elle combine d'anciens mécanismes éprouvés avec quelques touches de modernité le tout dans une présentation magnifique.

Depuis 6 mois maintenant les parties s'enchaînent à un rythme régulier au club F&S avec pour mi janvier 2019 une rencontre inter club dans les locaux de la charge du 93 pour une belle partie multi-joueurs en perspective !
 

2 commentaires:

  1. Bon article comme toujours, sinon l'auteur Rich Hasenauer a annoncé (sur la mailing list Fire and Fury) un nouveau livre de scenarios pour Brigade Fire and Fury S1 2019.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au passage, merci pour les corrections ;-)
      Bonne nouvelle que ce nouveau livret de scénarios. Nous allons pouvoir en jouer encore un bon paquet !

      Supprimer