mardi 26 novembre 2019

11ème chevauchée des dragons de Vaires (Convention)


Et voilà, cette année encore j'ai effectué ma visite du samedi chez nos voisins des dragons de Vairs pour la 11 édition de leur convention. L'ensemble est orienté démonstrations participatives et présentation de nouveaux jeux de jeux de figurines à dominance historique. Pour qui veux tester des règles avant d'acheter ou simplement jouer, cette convention reste un must. Une véritable et sympathique vitrine associative de notre hobby.



Cette année, le programme était fort intéressant de notre point de vue. L'organisation de la convention est bien rodé, l'espace rempli et bien que l'on retrouve beaucoup d'habitués dans la présentation des démos (Opération Zero, Studio Tomahawk, Michel Gauthey, fumbles, les dragons de vaires évidemment, Dufrene, Figurine & Stratégie et la FESSE, L'AJHA etc…) les sujets traités étaient parfois nouveaux voir originaux.

Pour commencer, cette année c'était un peu la fête à la mer avec une démo "Cruel Sea"  par Flavz et une seconde avec "Black Seas". Deux produits Warlord games récents parfaitement taillés pour des démos de jeu rapides.

Cruel Sea par Flavz :




Black Seas par l'équipe d'Opération Zéro :





Le gros morceau de la convention était indubitablement la démo jouable sur 2 tables de la nouvelle version de Mousquet & Tomahawk. Vénérable règle qui commençait à accuser son âge et nécessitait un bon petit coup de plumeau pour lui redonner tout son lustre.
Et franchement, pour ce premier contact je suis plus que bluffé et emballé ! Ce n'est pas un simple lifting de mise en page, ou un changement éditorial radical à 360°, mais une véritable V2 de bonification qui ne renie pas son ancêtre (un exercice pas toujours évident) mais profite des nouveaux standards de jeu et de rédaction de règles.

Le jeu est nettoyé de certaines lourdeurs de jeunesse avec un tout nouveau tour de jeu bien plus dynamique et stimulant !
 Une véritable réussite à mes yeux. Bien plus fun, l'intégration d'un système de points de commandement que vous recevez lorsque vous activer une carte adverse (vous avez maintenant 3 cartes d'activation en main) permet de réaliser quelques actions complémentaires et rend le jeu moins frustrant et tributaire du tirages des cartes. L'activation deviendra plus importante dans la réussite ou l'échec de vos plans.
Mais ce n'est pas tout, beaucoup de petites modifications rendent l'ensemble plus agréable, en vrac :
  • mettre une carte de sa faction en réserve poru être jouée au moment oportunt,
  • possibilité de tirer avec 50% des figs pour ne pas avoir de pions rechargement sur l'unité,
  • subir un malus de test de cohésion si on arrive pas à localiser le tireur (les homme des bois vont pouvoir faire des embuscades et ne parlons même pas des indiens avec arc qu'il faudra approcher pour les localiser),
  • un livret de règle puis des suppléments pour les spécificités des différentes périodes (comme pour SAGA) en sachant que le premier supplément va couvrir à lui seul, les guerre du Canada, la guerre d'indépendance américaine et les guerre de 1812-1814 entre les USA et l'Angleterre,
Et puis pourquoi pas dans plus d'un an un supplément napoléoniens  si les astres sont bien alignés !

Bref, l'avenir escarmouche période poudre noir, en français qui plus est,  s'annonce radieux. Y'a de quoi avoir le sourir pour les adeptes du genre.

Mousquet et Tomahawk V2, guerre de 1812 par La bob team :







Mousquet et Tomahawk V2, guerre du Canada par Le studio tomahawk :




Coté coup de cœur de l'originalité, indubitablement c'est la table Pyramide par Pepette du club Fumbles (présent régulièrement avec des mécanismes de jeu originaux sur un thème dédié).

Ici les carrés français doivent, en 5 tours de jeu (6 dans certaines conditions), atteindre le camp des Mameluks. Les Mameluks, eux, doivent soit briser un carré, soit empêcher les français d'atteindre le camp.
Le système est totalement asymétrique, les cavaliers chargent, se regroupent, forment de nouveaux groupes de combats et cherchent à éviter les tirs alors que les français doivent soit avancer, soit tirer et décider si oui ou non ils font sortir des carrés leur rare cavalerie pour augmenter les pertes mamluks à la suite de la charge.
La résolution des combats est portée par un petit système de bluff/enchères des plus marrants.
C'est le jeu apéro par excellence, un genre que je n'avais pas encore vu aussi bien modélisé dans le monde du jeu d'histoire et je trouve cela très pertinent. Dans ces conditions, vous vous doutez que les joueurs ont en général joué un match aller/retour pour voir s'ils pouvaient faire mieux que leur adversaire du jour dans la capture du camp !

Bataille des Pyramides, règle apéro maison, par Pepette (association Fumbles Fontainebleau) :





Coté grands anciens (la touche vintage) une très bonne idée d'adaptation du vénérable Space Hulk ) à l'exploration archéologique de tombeau de l'Egypte ancienne (Mummy Hulk) par Boris.

Mummy Hulk (adaptation de Space Hulk) par Boris des Dragons de Vaires :




Et pour le reste place aux photos de ce très bon moment passé à discuter avec les joueurs, démonstrateurs et organisateurs (non Frantz, je ne vais toujours pas céder aux sirènes des australiens FOW, enfin, pas avant l'édition de l'année prochaine ;-) ).

Chain of Command, Normandie '44 par l'AJHA :




Impetus 28mm sur les invasions barbares par La Charge des Figurines :

un scénario grosse escarmouche sur la période coloniale entre Zoulous et Anglais par les ludiques troupiers 
Dead Man's Hand Far West par Les ludiques troupiers :




La garde en 6mm sur une bataille d'Espagne par Xavier :





 To the Strongest, par la FESSE et F&S :




Dracula America par Le studio tomahawk :




Travel Battle des frères PERRY, sécession en 28 mm, par Christian Dufrene :




 la guerre des gangs "Peur sur la ville" par Michel Gauthey :




Banner War en format "Superlégéndaire" (600points) par Pierre et Lee des Dragons de Vaires :




The men who would be  kings, par The nain blanc de F&S :



1er Empire V3 par la charge du 93  :


 Alkemy par François "Mellal" :





lundi 4 novembre 2019

Jouer espagnol période Napo (2/2) : présentation de l'armée 28mm

Suite et fin de la présentation des espagnols à l'époque du 1er Empire avec la revue des troupes période de transition le tout en en 28mm, histoire de faire honneur à leurs chapeaux si distingués. Ces troupes correspondent en partie à celles qui ont combattu lors de la bataille d'Albuera 1811 que nous avons rejoué à la LEL 2018.

Avant tout, rendons à César ce qui appartient à César. A savoir que les figurines ont été peintes (en plus des portugais et britanniques non représentés ici pour des questions évidentes de tenues non appropriées) par le Psilète. Le tout en un temps record de deux mois histoire d'être près le jour J de la reconstitution ! Et quelle reconstitution, fières d’exhiber leurs nouvelles tenues (notez la faible présence de tenues civiles), les troupes espagnoles se sont couvertes de gloire. L'impartialité du narrateur m'oblige tout de même à  vous signaler que c'est un grande partie grâce à des français trop confiants qui ont mal préparé leur assaut ! Et oui, on ne se méfie pas assez des espagnols et soudain arrive le retour de bâton.

Après ce magnifique premier fait d'arme sans suite, cette armée a finalement rejoint l'écurie du Marius (joueur ibère tendance "et pourquoi pas l'espagnol ?")  pour une seconde vie programmée sur le théâtre d'opérations andalou lors des années 1810-1812. Le prochain objectif en mode reconstitution, n'est autre que la bataille de Chiclana-Barossa 1811 pendant laquelle on retrouve certaines de ces unités et généraux.

Bref, voici venu le temps de la parade, que dis-je, du défilé de ces fiers guerriers:

Les spécialistes du bouton de guêtre nous excuserons pour quelques petites entorses sur les tenues ou drapeaux mais nous préférons toujours privilégier le plaisir de jeu et de la figurine en couleur que l'historicité vestimentaire et organisationnelle à tout prix, surtout si elle est trop difficile à trouver (et de toute manière sujet à débat).

Les principaux couvres chefs de l'infanterie de ligne, collection été 1811 sont représentés, bonnet, shako, "haut de forme", bicorne, bref, la variété est bien là. Les figurines présentées sont :
  • majoritairement des Perry (what else ?), 
  • et pour les plus trapues (plus belles en photos qu'en vrai je trouve, mais c'est vraiment un avis personnel), des Front Rank dans des unités 100% FR, par exemple les gardes et irlandais.  Bin ouais quoi, ils ont été empattés au dépend des autres soldat, résultat il son bien en chaire et les FR sont alors parfaites !
Malheureusement pour nous, à l'époque, les frères Perry venaient seulement d'initier leur série pour les espagnols et les références étaient bien moins nombreuses qu'aujourd'hui... Mais que voulez vous, tout comme le goût vestimentaire celui des gravures de figurines historiques est une affaire personnelle. Et pour moi, en tenant compte de la gravure, la taille, l'originalité, le prix, le service après vente je me me suis tout simplement tatoué "Perry for ever" en espérant que ces freros continuent sur cette lancée le plus longtemps possible !
Dernière précision, n’oublions pas (voir partie 1/2) qu'avec l'armée espagnol, très rapidement le joueur pourra admirer majoritairement ses figurines de face et l'adversaire plutôt de dos. Et oui, ne nous privons pas,  pour une fois qu'on en a l’opportunité, d'admirer béatement son premier rang avec son drapeaux, son tambour et son officier ! C'est bien la preuve définitive que les espagnols méritent le titre de punks avant l'heure ! Il font rien comme les autres.
Et pour preuve, en introduction, voici un petit clin d’œil réalisé par Hät avec une édition limitée de ses boites d'espagnols. Comme quoi le monde de la figurine historique n'est pas totalement dépourvue d'humour et peut parfois nous gratifier de surprises rafraichissantes !
Édition limitée de chez Hät, merci au Chauvinistic blog d'en avoir parlé !
  

Infanterie espagnole (Bataille Albuera 1811)

Division Lardizabal (la Vanguardia), brigade Casinos


Bataillon du régiment de Murcia :
Uniforme blanc, distinctif bleu ciel en bonnet de police. Qui a dit un bataillon tombé du lit ? Bref, à éviter en soirée sauf si c'est ambiance pyjama !




Regimento de Canarias, (Fijo Milicia Provincial de Canarias)
Uniforme marron/gris parement rouge en shako 



Division Lardizabal (la Vanguardia), brigade Gouvea-Casinos

 le 2ème bataillon du régiment de Leon :
Uniforme blanc parement rouge en haut de forme.
Parfait pour sortir en société et se faire remarquer tout en gardant la classe.  Notez que l'on peut même accessoiriser ses escapade festives en agrémentant la tenue avec un plaide négligemment posé sur l'épaule.


Bataillon "j'ai un doute qui peut aider ?" :
Uniforme beige, distinctif jaune en haut de forme.
Tenue parfaite pour ceux qui doivent se rendre à pied aux soirées en passant par les forêts et les champs. Vous ne vous tâcherez pas trop.




Division Zayas, brigade Cruz-Murgeon :

On va pas se mentir, sans ces gars là vous risquez de ne pas tenir longtemps sur le champ de bataille, c'est un must have qui peut redonner un léger sourire en coin passager pendant quelques tours de jeu. 

2 bataillons de gardes royaux :
Uniforme bleu foncé en shako. Bleu sombre mais flashy pour des gardes, on est bien dans le genre petite touche excentricité mais pas trop (la garde a tout de même sa dignité).






2 bataillons d'irlandais :
Uniforme rouge distinctif bleu ciel en shako.
Non, non, ce ne sont pas des suisse mais bière des buveurs de Guinness !





Division Zayas, brigade Polo :

Le régiment de Ciudad Rodrigo:
Uniforme bleu, parement rouge en haut de forme.
Pour ceux qui n'aiment pas le haut de forme avec une tenue blanche pourtant très classe et parfait pour les soirées de ambassadeur, vous avez ici plus de sobriété et de discrétion avec ce bataillon Rodrigo.




Régiment los Imperiales de Toledo :
Marron/gris parement jaune en shako 




Cavalerie espagnole :

Le régiment du roi (del Rey), de la cavalerie de ligne alors que les figurines sont plutôt des dragons
Uniforme bleu en bicorne.




Artillerie espagnole :




Officiers espagnols:





Ce qu'il nous manque et qui viendra avec le temps... ou pas :

Et oui, il reste encore quelques "essentiels" à se procurer pour que l'armée soit complète, disons, autonome,  mais cela risque de prendre un peu de temps :
Les attelages d'artillerie à base de mulets de chez Perry : Iconique, un incontournable


Une voir deux  unités unités de cazadores (légers) pour étoffer l'armée, ainsi que des colonels bien repus


  deux escadrons de dragons jaune pour ajouter un brin de couleur à l'armée :

et pour finir une pincée de guérilla ou des combattants en civils  :


Viva España !
Rendez-vous sur ce même blog pour la suite avec la reconstitution de la bataille de Chiclana-Barossa 1811... le temps de faire une sieste ibérique "bloguistique" qui risques de durer un peu, on est ibère ou on ne l'est pas ;-D