Accueil

vendredi 7 octobre 2016

Tercios, ou Calif Benogoud s'en va-t-en guerre

Tercios, c'est la règle que nous avons le plus joué en 2016 au club F&S.

Parfaitement adaptée aux partie de club du vendredi soir pour du 1vs1 ou du 2vs2, Tercios permet de jouer des Nations et des troupes variées avec une prise en main rapide et agréable.

Vous allez pouvoir suivre les velléités de grandeur du pas-encore-Calif-Benogoud face à un détachement de troupes françaises.


Et si ce n'est pas la plus passionnante partie que nous avons joué à Tercios, elle est néanmoins intéressante par son effet de surprise. En effet, c'était la première fois que le Marquis d'Appenzell, à la tête d'un détachement de troupes françaises, allait affronter les mythiques cavaliers et janissaires Ottomans.



Affronter des troupes dont on ne connait pas les véritables forces et faiblesses ni même les uniformes vous plonge dans les affres du commandement tout comme pouvait le vivre un jeune noble pistonné se retrouvant sur le front en présence de troupes asymétriques !


La rencontre, quelque part au nord des Balkans sur une route oubliée des cartes le détachement français doit faire acte d'arrière garde face à l'avancée inexorable des nombreuses troupes Ottomanes.

Par chance la vallée encaissée permet au français de couvrir une grande partie de la ligne de front. Le déploiement est complété par une seconde ligne très en retrait composée d'arquebusiers à cheval et de cavalerie de choc afin de bloquer tout débordement fatal à l'infanterie au centre..

Benogoud vient motiver ses bachibouzouks !

L'aile gauche ottomane composée de troupes variées et rapides 

Le centre avec ses janissaires précédés des bachibouzouks !

La première ligne de cavalerie de l'aile droite Ottomane

Les manœuvres de débordement des ottomans à gauche et le contre français à droite !

A droite le choc est inéluctable, il faut tenir, alors chargeons !

les archers Ottomans s'expriment...

et la cavalerie de choc français doit charger pour se dégager


A droite, bloqués par le bois  les ottomans n'ont pas pu exploiter leur nombre

A gauche, les Gardes du Corps français tiennent le front le temps qu'arrivent les arquebusiers

Au centre, le feu français soutenu par l'artillerie décime les bachibouzouks

Le centre décimé, les ailes ottomanes commencent à refluer le Marquis peut enfin faire avancer son centre pour se rabattre sur les ailes !

l'avance du centre français pour prendre en tenaille les ailes ottomanes

Dernières charges, et c'est la rupture des troupes de Benogoud !


Au final les troupes ottomanes ont totalement implosées au contact des rugueux français. Le terrain en profondeur n'aidant pas, les troupes plus mobiles n'ont pu exploiter leur vitesse et leur nombre pour venir butter sur les contres charges françaises ou le feu ravageur au centre, fortement aidé par la batterie d'artillerie judicieusement placée et les feux de brigade.

Ne pas connaitre le type de troupes surtout face à une armée nombreuse est vraiment un challenge passionnant.
La prochaine rencontre sur un champ de bataille permettra sûrement à Benogoud d'exploiter pleinement la vitesse et le nombre des Ottomans qui ne renoncent jamais !

Et le plus important, après de nombreuses batailles, c'est le plaisir de jouer à Tercios qui est toujours là. Les scénarios et la variété des armées y est aussi pour beaucoup.